¡Tengo un sueño!

Nous sommes le 28 janvier 2011.
Nous venons de vendre notre commerce et nous décidons de repousser la date de départ. Si nous partons maintenant, le voyage sera superbe mais le retour risque d' être catastrophique. Nous n'aurons plus les moyens de reprendre une entreprise ...Il faut repousser le départ et reprendre une entreprise (un hôtel) que nous conserverons.

Mardi 19 juillet 2011.
Les recherches furent longues et très souvent décevantes mais, enfin, nous avons trouvé. Nous partons pour les Côtes d' Armor dans les jours qui viennent.

Samedi 29 juin 2013
Coup de blues
Depuis quelques semaines, la pendule traîne les pieds. Asphyxiés par la vie qu'une pluie a transformé en une boue pesante, mes souliers ne parviennent plus à rattraper l'heure du départ. Le voyage semble encore loin alors qu'il n'a jamais été aussi proche. J'ai emprisonné mes rêves et ma passion depuis trop longtemps et je ne supporte plus cette incarcération bâtie sur un malentendu. J'avais pourtant mis la clef de ma cellule au fond d'une poche de pantalon. Bien avant le jugement dernier, je la sortirai pour ouvrir cette damnée grille. M'évader, faire la nique à Saint Pierre, lui balancer un bras d'honneur et prendre la poudre d'escampette. Tchao mon pote, je pars sur d'autres chemins, je pars à la rencontre de mecs bien plus passionnant que toi. Oublie moi !
Où ai-je rangé ce pantalon ?

Ce voyage nourrissait les rêves d'un garçonnet passionné de photographie. " Quand je serai grand, je ferai le tour du monde ". Aujourd'hui, la cinquantaine passée, il est plus que temps... Il faut partir et se nourrir d'ailleurs, se nourrir de rencontres et d'émotions.

J'aimerais partager ces périples avec tous les aventuriers du macadam, des pistes et des chemins, avec ceux qui rêvent de rencontres au bout du monde. Fermer la porte à double tour et s'enfuir de cette vie sans âme où le lendemain ressemble à la veille. Croiser d'autres regards, des visages de femmes sans Rimmel et des hommes avec de belles rides. Marcher sur la terre nourricière, sans bruit de bétonnière et sans fric, entendre juste le battement du fléau sur le blé.
Ce voyage, j'aimerais le partager avec vous mais aussi avec eux…

Sábado, 29 de junio de 2013
Caso de los azul
En las últimas semanas, el reloj arrastra sus pies. Asfixiado por la vida que lluvia se ha convertido en un lodo pesado, mis zapatos ya no capaces de alcanzar a la hora de salida. El viaje parece lejano, aunque nunca ha estado como cerca. Encarceló mis sueños y mi pasión por mucho tiempo y no soporto esta prisión construida en un malentendido. Sin embargo, puse la clave a mi celular en el fondo de un bolsillo del pantalón. Antes del juicio final, aprovecho para abrir esta puerta condenada. Escapar, el picnic en St. Peter, influir en le dedo y tomar a sus talones. Tchao buddy, voy por otros caminos, voy a conocer chicos mucho mas emocionantes que te. ¡Me olvide!
¿Donde pongo esos pantalones?

17 de marzo de 2010

Es decir... Aunque todavía no sabemos la fecha, se inicia la cuenta regresiva.
Por editorial www.parcheminsetfeuillets.com en este planeta lo que es el Internet, la aventura de zapatos los tacos de salida.
Porque un viaje comienza con sus preparaciones y nunca termina, ponemos "por caminos y se desliza" en línea tres años antes en nuestros sueños. Su experiencia, sus alegrías, sus galeras y sus salidas. Todas estas informaciones y consejos ofrecieron a escucharnos. Y luego, también para aquellos que simplemente quieren seguirnos nos y deslizar una palabra, en toda la amistad.

Titouan, Christine y Dominique.